Golf et Thermalisme en Bulgarie 2008

Depuis une dizaine d’années le boom touristique en Bulgarie a renforcé l’intérêt des investisseurs pour l’immobilier. Les investissements dans les complexes hôteliers ont amélioré l’image de marque du pays comme destination touristique, image que stimule la croissance dans ce secteur.

La Grande-Bretagne et l’Irlande ont découvert en premier le marché bulgare des biens immobiliers dans le tourisme. Elles ont été suivies par des compagnies des pays scandinaves, l’Ukraine, la Russie et la Grèce. En 2005 et en 2006 nous avons assisté à une véritable invasion espagnole. Malheureusement ce boom a conduit au surpeuplement des stations balnéairesbulgares, phénomène déjà  observé en Espagne, en Grèce et dans d’autres pays.

Si cette tendance négative n’est pas inversée, le danger de reflux de l’intérêt pour la Bulgarie deviendra tout à fait réel, selon Orline Vladikov, président de l’Association nationale de l’immobilier. Il souligne certains moments positifs dans l’évolution du marché de l’immobilier dans le tourisme – les touristes quittent déjà les zones traditionnelles de tourisme maritime et les stations de sports d’hiver pour se diriger vers l’intérieur du pays, attirés par les terrains de golf et le tourisme vinicole. En ce qui concerne le tourisme thermal, la Bulgarie possède un potentiel considérable, elle a toutes les chances de s’affirmer comme une destination privilégiée – affirme Orline Vladikov. Par ses sources minérales chaudes et froides, la Bulgarie se range à la deuxième place en Europe après l’Islande.
« Ces dernières années en Bulgarie ont été lancés des projets ambitieux comme les terrains de golf. Le Groupement Ferry d’Espagne a donné le coup d’envoi de la construction d’un grand complexe de golf avec des villas luxueuses dans la région du village de Kâtina, près de Sofia. Grâce à cet investissement la Bulgarie s’affirmera comme une destination de golf, un tourisme haut de gamme. En 2006 les investisseurs ont manifesté de l’intérêt pour les villes d’eau bulgares comme Sandanski, Hissar et Vélingrad, ainsi que pour les villages situés près de sources curatives. Malheureusement l’état déplorable des routes et de l’infrastructure et l’absence d’une vision d’ensemble sur le développement de ces stations thermales comme centres touristiques ne pas fait pour encourager les éventuels investisseurs. Si les Bulgares réussissaient à surmonter ces obstacles, notre pays deviendrait en quelques années un grand centre international de balnéothérapie. Même des pays baltes comme la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie souhaitent investir dans les villes d’eau. Ces trois pays ont financé la construction d’un complexe thermal dans la région du village de Roudartzi dans le Rila.

Le tourisme vinicole est une autre chance pour les touropérateurs. On pourrait citer l’exemple du complexe touristique au village de Brestovitza, construit par la cave Todoroff. Ces complexes proposent aux visiteurs de déguster les meilleurs crus, mais ils peuvent aussi visiter les monuments culturels et historiques de la région. Le tourisme de chasse est une autre forme de tourisme. La Bulgarie peut proposer un packaging de services touristiques pour éviter la sursaturation des stations balnéaires et des stations d’altitude, phénomène qui a des répercussions fatales sur le milieu naturel. »

Parmi les nouveautés dans le secteur, il faudrait mentionner le tourisme spécialisé pour l’achat de biens immobiliers en Bulgarie. Ce tourisme pragmatique est très apprécié des Britanniques et des Irlandais. Selon des données non officielles, fournies par l’Association nationale de l’immobilier, des biens immobiliers d’une valeur de 10 milliards d’euros ont été vendus l’an dernier. Le nombre des transactions a atteint 260 mille en 2006 contre 196 mille en 2004 et 240 mille en 2005. 25% de ces transactions ont été réalisées par des ressortissants étrangers. Le retour moyen sur investissement est de 18% dans l’immobilier, selon la même source.

Source : www.bnr.bg

Laisser un commentaire